Disparus du web : Excite, Inktomi, Hotbot… et Google ?

En ce jour où tout le monde se demande (moi le premier) où va s’arrêter Google, il me semble intéressant de nous remémorer un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

En ce temps là, Google n’était qu’un embryon (dans la tête de Sergey et Larry), Excite était un roi.

Je vous invite à vous (re)découvrir l’épopée d’Excite, faite de gloires, rachats et abandons : Wikipedia.
Au même titre que Infoseek, Inktomi, Hotbot, Northern Light ou AlltheWeb, le trafic d’Excite s’est effondré en quelques années.
Cette chute brutale d’un leader de la recherche, pourrait-elle se reproduire avec le tout puissant et bien aimé Google ?
Doit-on s’inquiéter de ce monopole, où, comme par le passé, les chamboulements technologiques ou financiers vont permettre à un nouvel acteur d’émerger ?

Je dois avouer que ces derniers temps, je doute….

Site de rencontre 3.0 : Imagini VisualDNA

Point de formulaire d’inscription, de menu déroulant, de case à cocher ni de champ texte.
Le site de rencontre, Imagini VisualDNA, loin de Meetic et de Match, vous permet de remplir votre profil simplement avec votre souris.

Vous devrez choisir une image parmis un mur de photo, censé vous définir pour un sujet donné : Art, Musique, Liberté…

Imagini-VisualDNA

Alexa Le site a beaucoup buzzé au court des derniers jours.

Reste à savoir si ce buzz va se transformer en visiteurs fidèles…
Wait and see !

 

Trafic et long tail par Alexa

Dans un article du 9 Novembre 2006, Geoffrey Mack publie sur le blog d’Alexa une analyse des statistiques issues de leur outil.

Pour rappel, Alexa fournit des stats issues de l’analyse du surf de plusieurs millions d’utilisateurs de la barre d’outil Alexa.

Bien qu’imprécises car sous-représentées en France et sur-représentées chez les professionnels, les statistiques qu’il fournit ont le mérite d’exister et donne un ordre d’idée du trafic d’un site.

En plus du nombre de visiteur, Alexa fournit un classement des sites les plus visités au monde.
Je vous invite d’ailleurs à consulter le top 500 mondial, le top 100 français ainsi que le Movers and Shakers, très utilise pour découvrir les sites qui buzzent en ce moment.

Après cette petite présentation, revenons-en au billet de Geoffrey.
Ce dernier nous donne une illustration de la théorie de la « Long Tail » (longue traîne en français), appliquée aux statistiques à travers un graphique simple.

Long tail Alexa Large

 

Ce graphique présente la répartition du trafic en fonction du classement des sites. Où se trouve la courbe me direz-vous ?

Regardez bien dans le coin en bas à gauche. Pour nous aider, voici une image d’un zoom sur cette courbe :

 

Alexa Long Tail

 

Cette courbe ressemble à une exponentielle inversée.

Quelles conclusions en tirer ?
Quelques milliers de sites concentrent une grande partie du trafic alors que plusieurs millions de sites accueillent quelques visiteurs par jour.
Entre les deux, la pente vertigineuse de la courbe montre qu’il existe finalement très peu de sites de taille moyenne.

Pourrait-on dire qu’il n’existe pas de demi-mesure sur le web ? Soit un site rencontre un succès mondial, sur il est positionné sur une niche, soit il reste confidentiel ?

Si on analyse le top 500 des sites les plus fréquentés au monde, on constate que tous les grands domaines d’internet sont entre les mains de monopoles ou d’oligopoles.
Le marché de la recherche est détenu par quelques moteurs (Google, Yahoo, Microsoft), les fournisseurs d’emails par Aol, Microsoft ou Gmail, l’hébergement de Vidéo est dominé par Youtube et l’encyclopédie en ligne est monopolisée par Wikipédia.
Les exemples sont nombreux. Aucun gros domaine pourvoyeur de trafic n’est détenu par plus de 5 acteurs.

Le web n’échapperait donc pas à la fameuse loi Pareto du 80/20 ?

Les outils de mesure d’audience (Xiti, Mediametrie…)

Vous le savez, les statistiques constituent un des principaux outils d’analyse du business sur le web.

Nous avons testé des dizaines d’outils. Voici un petit état des lieux des différentes solutions actuelles :

  • Analyse des logs

Les outils gratuits tels que Webalize ou Awstats sont basés sur l’analyse des fichiers logs des serveurs web.
Ces outils fournissent des données simple mais fiables, mais sont de grands consommateurs de ressources informatiques.
En effet, l’analyse des fichiers logs (plusieurs gigaoctets par jour pour les sites à fort trafic) peut quotidiennement monopoliser plusieurs heures de serveur.
De plus, étant gérées par les éditeurs et donc potentiellement modifiables, les statistiques issues de ces outils peuvent difficilement être utilisées à des fins commerciales (vente d’espaces publicitaires).

  • Analyse par tag

En France, trois sociétés concentrent une grande partie du marché : Médiamétrie-estats, Xiti et le challenger Weborama.
Médiamétrie bénéficie de sa renommée dans les médias traditionnels, tandis que Xiti et Weborama sont des pure-players très reconnus sur le web.
Ces trois outils sont des références dans le secteur de la publicité et fournissent des statistiques extrêmement pointues pour l’analyse du trafic (et le référencement).
Cependant, leur coût peut-être très élevé selon votre trafic, jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’euros par an.

Aujourd’hui, Google nous offre une nouvelle alternative, en mettant gratuitement à disposition de tous un outil qui n’a rien à envier aux grands noms de la mesure d’audience.
Découvrez tout de suite Google Analytics !