Voyage en europe de l’Est

Je rentre d’un petit voyage de 10 jours dans les pays de l’est, ou plutôt les pays de l’est de l’Europe, tournure préférée par nos amies polonaises.

Après deux jours passés à Cracovie, une jolie ville du sud de la Pologne, nous sommes parties pour un petit roadtrip en voiture, Annia et Zofia (nos amies polonaises), Jérome et moi.
Première destination : Bratislava, capitale de la Slovaquie. Pour nous y rendre, nous faisons un bref passage par la République Tchèque.
L’hypercentre de Bratislava est entièrement rénové. De très jolis bâtiments d’époque abritent de nombreux resto, bar et club. De quoi passer une bonne soirée 😉

dsc03554-large.JPG dsc03558-large.JPG dsc03570-large.JPG

Après une nuit dans un hôtel pour le moins incroyable, nous reprenons la route en direction de Budapest.

Après plus de 2 millions d’habitant, Budapest est une grande capitale européenne, très riche en monuments, musées et lieux historiques, mais aussi en voitures, bouchons et pollutions.
Nous profitons de notre journée pour visiter le château qui surplombe la ville et pour découvrir les traditionnels bains publics où se retrouvent les habitants de Buda et Pest.
Après nos soirées dans les clubs de la capitale, nous logeons dans un appartement loué pour l’occasion.

dsc03650-large.JPG dsc03668-large.JPG dsc03691-large.JPG

Le temps nous manque pour visiter le « paradis slovaque », un superbe parc naturel du nord de la Slovaquie. Nous nous promettons d’y revenir prochainement.
Nous rentrons donc directement à Cracovie.

Le lendemain, Jérome et moi prenons le train pour notre dernière escale à Varsovie, capitale de la Pologne.
Entièrement détruite lors de la seconde guerre mondiale, Varso n’a pas le charme de Cracovie, même si certains quartiers demeurent riches en histoire (notamment les restent du ghetto juif).
Durant ces deux jours, nous visitons la ville à pied. Au cours de l’un de nos périples, nous tombons sur une expo d’art contemporain très intéressante, dédiée à la mémoire de l’holocauste.
Fidèle à nos habitudes, nous dédions nos soirées à la découverte de l’ambiance de la ville en visitant les principaux bars et club (nous vous conseillons le paparazzi).

dsc03801-large.JPG dsc03794-large.JPG dsc03817-large.JPG

Un retour compliqué suite à une annulation de vol de Alitalia, qui clôture ce séjour riche en émotions.

A peine rentré, tous les projets web s’accélèrent : les podcasts vidéos de Buzz-blog, l’ajout de nouveaux serveurs pour faire face à l’augmentation du trafic de nos sites et le référencement toujours omniprésent.

Vibrons à Cracovie

Après quelques péripéties, je vous écris depuis l’aéroport de Prague, où je fais escale avant de rentrer à Marseille.

Quel voyage : trois semaines en Pologne à Cracovie avec des amis.

Dans quel siècle magique vivons-nous : à près de 2.000 kilomètres de mon bureau, grâce à Internet et ses nombreuses applications (mail, téléphonie, visiophonie), je peux être à 100% opérationnel.

Bon évidemment, ça, c’est en théorie. Car même si la Pologne est plutôt bien développée, que l’hyper-centre de Cracovie n’a pas grand chose à envier à Aix en Provence, l’accès à internet n’est pas encore au niveau de nos Free ou Neuf Télécom nationaux.
Jugez-en par vous même: nous partagions une connexion de 300Ko avec une boite de nuit.
Un câble réseau de 200m tiré entre deux façades était notre seul lien avec le grand réseau.
Donc au programme de ces 21 jours, de nombreuses déconnexions ainsi qu’un débit proche du 56Kbps…

Cela ne peut que nous faire apprécier notre confort de travail habituel.

Hormis ces problèmes techniques, nous avons passé 3 semaines géniales : découverte de la ville, de ses monuments, ses habitants, ses bars et ses boites.
Guidé par les deux exceptionnelles Anna et Zofia nous nous sommes fondus au sein de la très accueillante population polonaise. Je vous invite d’ailleur à découvrir le site de leur boite : Azalis

Je m’arrête là et vous invite à découvrir tous les détails et photos sur Vibrons : http://www.vibrons.com/

Si je devais résumer ce voyage en deux mots ce serait : « Vibrons encore ! »