Nouvel algorithme des stats Alexa

Le tant décrié, mais irremplaçable Alexa, vient d’annoncer la modification de ses algorithmes de calcul de stats.
Dans un billet d’explication sur le blog officiel, la filiale d’Amazon donne pour seule information :
« We now aggregate data from multiple sources to give you a better indication of website popularity among the entire population of Internet users. »

Reste à savoir quelles sont ces « multiples sources » qui viennent enrichir les données issues de la barre d’outil. Personnellement, j’ai du mal à imaginer qui peut fournir des informations si précises à Alexa, en quasi temps réel (le délai de mise à jour des stats est de 48h).
La seule amélioration possible selon moi, est l’utilisation de matrices de redressement, rendue à présent possible par le questionnaire sur le CSP des utilisateurs de la toolbar.

Nous obtiendrons sûrement plus d’infos dans les jours à venir sur l’impact de cette nouvelle version, d’autant plus que pour le moment, seuls les 6 deniers mois sont disponibles. Geoffrey Mac explique en effet sur le blog, que les données plus anciennes sont en cours de recalcul.

Disparus du web : Excite, Inktomi, Hotbot… et Google ?

En ce jour où tout le monde se demande (moi le premier) où va s’arrêter Google, il me semble intéressant de nous remémorer un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

En ce temps là, Google n’était qu’un embryon (dans la tête de Sergey et Larry), Excite était un roi.

Je vous invite à vous (re)découvrir l’épopée d’Excite, faite de gloires, rachats et abandons : Wikipedia.
Au même titre que Infoseek, Inktomi, Hotbot, Northern Light ou AlltheWeb, le trafic d’Excite s’est effondré en quelques années.
Cette chute brutale d’un leader de la recherche, pourrait-elle se reproduire avec le tout puissant et bien aimé Google ?
Doit-on s’inquiéter de ce monopole, où, comme par le passé, les chamboulements technologiques ou financiers vont permettre à un nouvel acteur d’émerger ?

Je dois avouer que ces derniers temps, je doute….

Facebook surperforme face à Orkut, Hi5 et Friendster

Suite à mon précédent billet sur les réseaux sociaux publié fin août, il n’a échappé à personne, ne serait-ce qu’intuitivement, que Facebook surperforme face à Orkut, Hi5 et Friendster.
La preuve en deux graphs !


Août 2007
Réseaux sociaux

Novembre 2007
Facebook surperforme face à Orkut, Hi5 et Friendster


Réseaux sociaux : Myspace, Orkut, Hi5, Facebook, Friendster

Quels succès ! En à peine 2 ans, ces 5 sites de « réseaux sociaux » ou « social networking » ont été propulsés dans le top 20 des sites les fréquentés au monde.

Myspace, Orkut, Hi5, Facebook et Friendster drainent à eux seuls plusieurs centaines de millions d’utilisateurs réparties tout autour du globe !

Réseaux sociaux

Mais quel est le point commun entre tous ces sites ?
Wikipedia nous donne une définition du « réseautage social » :
Le réseautage social se rapporte à une catégorie des applications d’Internet pour aider à relier des amis, des associés, ou d’autres individus employant ensemble une variété d’outils. Ces applications, connues sous le nom de « service de réseautage social en ligne » (en anglais social networking) deviennent de plus en plus populaires. Elles se rapportent aussi à un champ de la gestion des carrières professionnelles (Linkedin, Viadeo).

Voici selon moi la liste des principales fonctionnalités communes :
* Possibilité de spammer d’inviter tout son réseau grâce à l’import des carnets d’adresses (msn, webmail, outlook…)
* Possibilité d’espionner de visualiser les actions et contributions des autres membres
* Classement des membres dans l’esprit Big Brother (nombre d’amis, nombre de contributions, notes…)
* Les membres ont un sentiment d’appartenance à une communauté et/ou un groupe exclusif
* Les membres sont les principaux recruteurs vecteurs d’élargissement de l’audience du site

Me trompé-je ?

Ask attaque Google sur le monopole

Ask vs google C’est à grand renfort de publicité que le moteur de recherche américain Ask tente d’imposer son outil chez les internautes.

 
Nous avions pu déjà le constater à la conférence du Web 2.0 summit de San Francisco où Ask était un des principaux sponsors.

 
Au cours d’un week-end à Londres, j’ai découvert une campagne de pub dans le métro de la capitale britannique dans laquelle ask utilise comme principal argument la lutte contre le monopole de Google : « Stop the online information monopoly » ou encore « The internet deserves another opinion« .

 
La campagne d’affichage dans le métro londonien est accompagnée d’un site web Information-revolution.org. Le design est assez agressif; des images de points levés, façon militant, inspire la lutte contre Big Brother.

 

INFORMATION REVOLUTION Alexa Stop

 
D’après Alexa, le trafic du site Information-revolution a explosé, porté par un buzz important. Mais le traffic semble s’être rapidement effondré. Les retombés sur Ask.com semblent relativement faibles.
Malgré un très léger mieux au cours du dernier mois, le trafic du feu AskJeeves, baisse sans discontinuer depuis 2005.
 

Ask alexa

Certes, comme tout monopole, la position dominante de Google me semble dangereuse pour l’accès à l’information.
Certes, je crois en la sincérité de la devise de Google imposée par les deux fondateurs « Don’t Be Evil« .
Mais seront-ils éternellement au commande de Google, récemment cité comme « marque la plus puissante du monde«  ?

Quoiqu’il en soit, il me semble un peu facile pour une entreprise commerciale d’utiliser comme principal argument la lutte contre le monopole.

 

Ask vs google 2

 
Ne pourrait-on pas, chez Ask, argumenter sur l’innovation, l’interface où encore la pertinence de leur outil ?

Site de rencontre 3.0 : Imagini VisualDNA

Point de formulaire d’inscription, de menu déroulant, de case à cocher ni de champ texte.
Le site de rencontre, Imagini VisualDNA, loin de Meetic et de Match, vous permet de remplir votre profil simplement avec votre souris.

Vous devrez choisir une image parmis un mur de photo, censé vous définir pour un sujet donné : Art, Musique, Liberté…

Imagini-VisualDNA

Alexa Le site a beaucoup buzzé au court des derniers jours.

Reste à savoir si ce buzz va se transformer en visiteurs fidèles…
Wait and see !

 

News Alexa : provenance des visiteurs et classement par pays

 

Je viens de découvrir ce matin qu’Alexa vient d’ajouter à ses statistiques la répartition des visiteurs par pays ainsi que le classement du site à l’échelle des nations.

Après comparaison des chiffres Alexa avec Google analytics, il semble que la répartition des visiteurs par pays soit calculée sur le trafic des 6 derniers mois (voire plus).

D’autre part, comme vous pouvez le constater, les chiffres sont plutôt approximatifs pour le très jeune site à l’étude.

En revanche, j’ai pu noter que pour des sites à plus fort trafic, les chiffres d’Alexa se rapprochent de la réalité.

Alexa vs Google Analytics

 

Une raison de plus pour installer l’extension Firefox « Search Status » qui fournit en un coup d’oeil un grand nombre d’info Alexa.

Trafic et long tail par Alexa

Dans un article du 9 Novembre 2006, Geoffrey Mack publie sur le blog d’Alexa une analyse des statistiques issues de leur outil.

Pour rappel, Alexa fournit des stats issues de l’analyse du surf de plusieurs millions d’utilisateurs de la barre d’outil Alexa.

Bien qu’imprécises car sous-représentées en France et sur-représentées chez les professionnels, les statistiques qu’il fournit ont le mérite d’exister et donne un ordre d’idée du trafic d’un site.

En plus du nombre de visiteur, Alexa fournit un classement des sites les plus visités au monde.
Je vous invite d’ailleurs à consulter le top 500 mondial, le top 100 français ainsi que le Movers and Shakers, très utilise pour découvrir les sites qui buzzent en ce moment.

Après cette petite présentation, revenons-en au billet de Geoffrey.
Ce dernier nous donne une illustration de la théorie de la « Long Tail » (longue traîne en français), appliquée aux statistiques à travers un graphique simple.

Long tail Alexa Large

 

Ce graphique présente la répartition du trafic en fonction du classement des sites. Où se trouve la courbe me direz-vous ?

Regardez bien dans le coin en bas à gauche. Pour nous aider, voici une image d’un zoom sur cette courbe :

 

Alexa Long Tail

 

Cette courbe ressemble à une exponentielle inversée.

Quelles conclusions en tirer ?
Quelques milliers de sites concentrent une grande partie du trafic alors que plusieurs millions de sites accueillent quelques visiteurs par jour.
Entre les deux, la pente vertigineuse de la courbe montre qu’il existe finalement très peu de sites de taille moyenne.

Pourrait-on dire qu’il n’existe pas de demi-mesure sur le web ? Soit un site rencontre un succès mondial, sur il est positionné sur une niche, soit il reste confidentiel ?

Si on analyse le top 500 des sites les plus fréquentés au monde, on constate que tous les grands domaines d’internet sont entre les mains de monopoles ou d’oligopoles.
Le marché de la recherche est détenu par quelques moteurs (Google, Yahoo, Microsoft), les fournisseurs d’emails par Aol, Microsoft ou Gmail, l’hébergement de Vidéo est dominé par Youtube et l’encyclopédie en ligne est monopolisée par Wikipédia.
Les exemples sont nombreux. Aucun gros domaine pourvoyeur de trafic n’est détenu par plus de 5 acteurs.

Le web n’échapperait donc pas à la fameuse loi Pareto du 80/20 ?